Publié par noodlebrain

En développant votre profil émotionnel, en dévoilant les ressorts de votre intimité, vous vous offrez un outil incomparable pour créer une offre de service complètement adaptée à vos propres réalités.

Désormais, grâce à votre profil émotionnel, vous pourrez faire les bons choix en terme de politique, d'economie, de loisirs ou pourquoi pas d'amour.

Choisir NoodleBrain, c'est avoir la certitude que vos émotions sont entre de bonnes mains. Celles de commerçants honnêtes et d'hommes politiques responsables, soucieux de votre bien-être et de votre confort.

Pour vous, NoodleBrain est gratuit et le restera toujours !

 

Comment NoodleBrain fonctionne?

Le cerveau coordonne tous nos mouvements et fait naître nos émotions. Chacune de ses activités est précisément contrôlée et active des régions cérébrales particulières. 

Ainsi, après l’observation de l’activité des neurones in vivo, une nouvelle étude présente un dispositif qui permet de lire les émotions directement dans le cerveau

Pour surmonter cet obstacle, les scientifiques ont eu l’idée ingénieuse de recruter des acteurs, habitués à jouer la comédie. Les 10 participants ont adopté 9 états émotionnels différents : le bonheur, la colère, le dégoût, l’envie, la honte, la luxure, l’orgueil, la peur et la tristesse. Au cours de ces différentes interprétations, des images de leur cerveau ont été réalisées grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM).

What we deliver
What we deliver

« Les résultats montrent que le cerveau s’allume de manière similaire chez différents individus qui ressentent la même chose », explique Amanda Markey, qui a participé à cette étude. Grâce à ces travaux, les auteurs ont maintenant à leur disposition des données leur permettant d’associer uneimage cérébrale à un sentiment.

L’étude ne s’est pourtant pas arrêtée là. Les chercheurs ont dû valider leur technique et vérifier que les états émotionnels adoptés par les acteurs étaient proches d’émotions véritablement ressenties. Pour ce faire, ils ont présenté aux mêmes acteurs des photographies censées induire différentes émotions, et ont réalisé des images par IRM. En comparant ces images avec les précédentes, dans 84 % des cas, le programme informatique était capable d’associer le bon sentiment à une image d’IRMf. En n’utilisant que les images d’une partie des acteurs pour déterminer les émotions d’un autre, la précision baissait et passait à 70 %, un score élevé.

Les images montrent aussi que les émotions ne sont pas confinées dans une région particulière du cerveau, mais sont lisibles dans plusieurs zones cérébrales.